Autodétermination du peuple Sahraoui

Le Front Polisario a réitéré sa volonté de coopérer avec le Secrétaire général des Nations Unie, Ban Ki-moon, et son envoyé personnel pour le Sahara occidental afin de parvenir à une solution pacifique garantissant le droit inaliénable du peuple sahraoui à l’autodétermination, a rapporté lundi l’agence de presse sahraouie (SPS).

“Le Secrétariat National du Front Polisario a réaffirmé son attachement aux droits légitimes du peuple du Sahara occidental et à faire face par tous les moyens aux man£uvres de l’occupant marocain et à son obstination”, indique un communiqué du Front Polisario à l’issue de sa deuxième session ordinaire tenue dimanche sous la présidence du Premier ministre sahraoui, Abdelkhader Taleb Oumar.

Selon l’agence, la session ordinaire, tenue après le 14ème Congrès du Front Polisario, au nom du martyr Khalil Sidi Mohamed, a débattu la situation au Sahara occidental et des derniers développements de la question sahraouie sur la scène internationale.

A cette occasion, le Polisario a une nouvelle fois dénoncé la décision de Rabat d’expulser la composante politique de la Mission des Nations Unies pour le référendum au Sahara occidental (Minurso) à la suite de la visite du chef de l’ONU dans la région et les territoires libérés sahraouis, et la crise qui a suivi cette expulsion au niveau du Conseil de sécurité et l’ONU.

“Cette décision constitue un défi flagrant à la Charte de l’ONU et aux prérogatives du Conseil de sécurité”, a affirmé le Secrétariat national du Front Polisario, soulignant “la nécessité de sanctions les plus sévères en raison des risques qu’elle (cette décision) constitue sur la paix et la sécurité dans une région menacée par l’instabilité”.

Il a ainsi appelé le Conseil de sécurité de l’ONU à saisir “cette crise inventée par le Maroc pour la réalisation de la paix à travers le retour immédiat de la composante politique de la Minurso dans ses pleines fonctions avec un agenda précis lui permettant de mener à bien sa mission principale pour la quelle a été fondée”.

La Minurso a été mise en place en 1991 afin d’assurer la tenue d’un référendum d’autodétermination du peuple du Sahara occidental occupé depuis 1975 par le Maroc, consultation bloquée au cours de 25 années d’existence de la force de casques bleus.

Le Front Polisario a également relevé avoir “noté avec attention les débats au niveau du Conseil de sécurité sur la question du Sahara occidental, ce qui confirme l’attention croissante de la communauté internationale à cette cause et augmente l’isolement de l’occupation marocaine”.

Il a exprimé “sa gratitude aux Etats membres du Conseil de sécurité, qui ont défendu la légitimité internationale et affronté les man£uvrer et le chantage des autorités marocaines”, ajoute le communiqué.

Samedi dernier, le Secrétariat national du Front Polisario avait tenu une réunion durant laquelle le chargé de l’organisation politique du Polisario avait présenté un exposé des grandes étapes de l’histoire du peuple sahraoui, dont le 43ème anniversaire de la création du Front Polisario (10 mai), le déclenchement de la lutte armée (20 mai), le 11ème anniversaire de l’Intifadha de l’indépendance (21 mai), la Journée nationale du martyr (9 juin), et le soulèvement de Zemla (17 juin).