Mahmoud Djamel Hasnaoui, directeur du musée Abdelmadjid Meziane :

Le directeur du musée national public Abdelmadjid de Chlef, M. Mahmoud Hasnaoui, revient dans cet entretien sur le mois du patrimoine et le programme des activités programmées tout au long de cet événement annuel. Placé sous le thème «Le patrimoine culturel, une valeur économique», le mois du patrimoine, indique M. Hasnaoui, a été célébré à travers un ensemble de manifestations culturelles en coordination avec plusieurs associations et institutions. Le programme comprend un cycle de conférences, des expositions au niveau du musée ainsi qu’à l’extérieur de la wilaya.

 

Le Chélif : Pouvez-vous nous résumer les principales activités tenues par votre établissement ?

 

Mahmoud Djamel Hasnaoui : Le mois du patrimoine, comme vous le savez, se tient depuis le 18 avril, cet événement a débuté par une grande exposition qui a vu la participation de plusieurs associations locales qui ont été installées sur l’esplanade du musée ainsi que dans le hall. Il y avait surtout de l’artisanat et nous avons donné l’opportunité à ces associations de procéder à une exposition-vente, pendant deux journées, de leurs produits. Nous avons ensuite invité l’association «Intissar» qui a exposé pendant une journée, puis l’association «Ichrak», également pour une journée. Toutes ces associations, sont des associations féminines parce que ce sont généralement elles qui font dans l’artisanat. Ce fut ensuite au tour de Mme Berberi, artisane, d’exposer pendant une journée sur la gastronomie locale. Ensuite fut organisée une exposition de 3 artistes peintres pendant une semaine.

 

Qu’en est-il des activités culturelles ?

En plus des expositions, nous avons également programmé un cycle de conférences des étudiants du département d’archéologie de l’université Hassiba Ben Bouali de Chlef. Nous avons donné la chance, à pratiquement une vingtaine d’étudiantes en muséologie, de préparer, chacune, une conférence sur ce thème. J’ai animé moi-même, en tant que directeur du musée, une conférence sur la muséologie le 20 avril dernier. Le 21 avril, c’est l’association «El Athar Castellum Tingitanum» qui a tenu une conférence sur un projet qui est subventionné par la commission européenne. Cette même association a organisé deux journées d’études, durant les journées du 6 et 7 mai, sur «le patrimoine culturel, valeur économique» avec une visite de la Zaouia et de la maison du Cadi de Medjadja. Le 12 mai, il y a eu ouverture du musée en nocturne. Le musée a été ouvert en soirée avec entrée gratuite. Le 14 mai, nous avons organisé une journée à ciel ouvert, en plein air, à Medjadja, avec la participation de pratiquement toutes les associations culturelles de la wilaya de Chlef. Cela va être un grand pique-nique avec une invitation générale à la population et à tous les amateurs. Nous allons donc fêter le mois du patrimoine et le printemps et nous allons l’appeler «le printemps du Chélif».

 

Vous avez parlé d’exposition hors-wilaya. De quoi s’agit-il au juste ?

Nous avons participé à la rencontre organisée par le musée Zabana d’Oran pendant quatre jours, du 24 au 28 avril, et à celle sur les arts traditionnels, les arts islamiques et l’archéologie islamique de Tlemcen avec l’exposition du «Dinar Fatimide» durant quatre jours également, du 2 au 5 mai. Le 28 avril, nous avons, en collaboration avec l’université de Chlef, organisé une conférence sur «la méthode d’exposition, le cas du musée de Sétif». Nous avons également invité un conférencier du musée Zabana d’Oran qui a fait une conférence, le 30 avril, sur le cheminement archéologique depuis sa découverte jusqu’à son arrivée et sa prise en charge au musée. Cette conférence a été suivie par la projection d’un documentaire sur «l’objet archéologique depuis sa découverte jusqu’à son exposition». Le 4 mai, nous avons organisé un atelier pédagogique qui a été dirigé par M. Abbas El Kebir, directeur du musée de Miliana. C’est un atelier pédagogique qui est destiné aux enfants des écoles primaires avec des activités sur le coloriage, le dessin.

Au musée Zabana d’Oran, le directeur du musée de Chlef, en l’occurrence, moi-même, une conférence sur «l’importance du musée dans la vie quotidienne du citoyen algérien». Et à partir du 15, c’est-à-dire durant les journées du 15, 16,17 et 18 mai, soit à la fin du mois du patrimoine, il y aura une grande exposition qui va être organisée au niveau du musée de Chlef. Elle sera organisée par «l’association Sada El Ibdaa». C’est une association qui regroupe beaucoup de troupes, il y aura un club d’archéologie, une troupe spécialisée dans le costume traditionnel. La clôture du mois du patrimoine va être effectuée par «l’association El Arabi El Fen El Acyl».

 

En somme, le musée sort de l’anonymat !

Effectivement, vous pouvez le dire. Nous essayons de faire changer les choses. Nous avons avalisé beaucoup de conférences sur l’archéologie et la muséologie. Ce que j’ai particulièrement remarqué, c’est qu’il y avait une assistance considérable. Il y a eu beaucoup de monde qui est venu assister aux conférences, beaucoup de citoyens et surtout un grand nombre d’étudiants et nous avons animé beaucoup de débats. Nous avons aussi donné la chance à beaucoup d’associations l’opportunité d’organiser des expositions au niveau du musée. Ce dernier est devenu un espace d’exposition convivial le temps durant le mois du patrimoine. Il y avait tellement de monde que nous n’avons accordé qu’une journée d’exposition par association.

 

Comment évaluez-vous la participation du public ?

Vous l’avez certainement constaté de vous-mêmes, ces manifestations ont drainé un grand nombre de citoyens au musée, ce qui prouve qu’une nette sensibilisation qui a réussi à toucher les citoyens de Chlef, a été constatée. Les gens se sont habitués au musée qui fait partie de leur environnement rapproché. Ils viennent et visitent d’une manière régulière le musée. Comme nous travaillons beaucoup avec les écoles, nous recevons beaucoup de visites groupées d’élèves et j’en profite pour saluer les directeurs des établissements scolaires qui organisent ces sorties vers le musée. Nous travaillons également beaucoup avec l’école de police de la commune de Chlef qui est un partenaire très important pour le musée. Ils viennent souvent en groupe pour des visites, des conférences et différentes interventions. Je peux dire que nous avons touché une grande partie de la population qui est consciente de l’importance d’un musée, grâce aux différents supports et brochures publicitaires que nous avons réalisés, une belle brochure et plusieurs dépliants que nous distribuons gratuitement aux visiteurs. Il y a aussi la valise muséale qui est une exposition, une visite virtuelle du musée de Chlef, qui a participé au mois du patrimoine de Mostaganem. Nous avons fait une exposition à l’aéroport Aboubakr Belkaid de Chlef et nous avons distribué beaucoup de supports et de brochures aux voyageurs. Nous allons également exposer dans les grands hôtels de la wilaya de Chlef, l’essentiel pour nous étant de faire connaitre, de plus en plus, notre musée.

Propos recueillis par A. Cherifi