Des que la saison estivale approche, tout le monde ne pense qu’aux moyens d’éviter les grandes chaleurs qui contraignent les gents à réduire leurs activités. C’est une sorte de congé chômé certes mais non payé pour la plupart qui ne sont ni fonctionnaires ni assuré dans leurs activité libérales. Rester ne rien faire engendre l’ennui et  la monotonie notamment chez les jeunes et les enfants pleins d’énergie .Pour la plupart des habitants de la commune de Breira, l’été est la plus longue saison de l’année à cause des chaleurs suffocantes  et le manque des moyens susceptibles d’en alléger l’ardeur. Bien que la plage ne soit distante que de 20 KM, la population de Breira n’en profite pas. La plupart d’entre eux sont préoccupés par les soucis de la vie pour subvenir un tant soit peu  à leurs besoins quotidiens. Aller à  la plage est donc un veritable luxe qui n’est pas à la portée de tout le monde. La commune de Breira est dépourvue de tout lieu et équipement de loisir pour résorber ces jeunes et moins jeunes qui  sont livrés à l’oisiveté d’où touts les vices. La réalisation d’une piscine communale  s’avère une nécessité urgente  pour permettre aux enfants de se rafraichir pendant la saison estivale et les préserver de différents fléaux sociaux que peut engendrer le vide et l’ennui à longueur de journée. Mais cela semble ne pas préoccuper les élus locaux  qui relèguent ce genre d’équipements au second plan malgré l’importance qu’ils revêtent dans la préservation des jeunes et des enfants des maux sociaux. Les parents n’ont ni le temps ni les moyens pour accompagner leurs enfants pour aller à la plage ce qui poussent ces dernier à risquer leur vie en allant  barboter  au nouveau barrage de Tadjmout. Avant la construction du barrage, ils font trempette dans des les retenues d’eaux destinées à l’irrigation des champs agricole ce qui n’était pas un risque majeur contrairement au barrage constitue un véritable danger en empoisonnant la vie des familles qui s’inquiètent pour leur progéniture. S’il y a une piscine au niveau de la commune, les enfants notamment ceux qui sont issus de famille modeste en profiteront sans exposer leur vie au danger en allant se baigner dans le barrage ou tout autre lieu non sécurisé. Enfin ,il faut signaler que la plupart des enfants au lieu de passer d’agréables moments et profiter de leur vacances pour se reposer après une année scolaires pleines de labeurs sont contraints d’aller travailler dans les champs agricole pour aider leurs parents et subvenir à leurs propres besoin en matière d’habillement et autres accessoires. Ils vont travailler à Mostaganem, Oran ou AinTemouchent ou se trouvent la plupart des agriculteurs de la commune de Breira.