C’est le week-end dernier, à l’école des Frères Bouaziza de Ténès que s’est déroulée la clôture de la cinquième édition des Journées Andalouses organisée par l’association artistique et culturelle «El Othmania». El Othmania a tenu ainsi, à travers cette édition,  à honorer la mémoire du regretté Maamar Kahlouche, un maître qui a marqué son époque par ses œuvres artistique surtout dans la musique chaâbie.

Les journées qui se sont déroulées du 4 au 6 août dernier ont vu la participation de sept troupes musicales dépendant d’associations culturelles spécialisées dans le genre andalou telles que la troupe cheikh Bouali Mohamed de Tlemcen ; «Nedjema» de Blida ; «Nsayem el Ounes» de Constantine ; «Bachtarzia» de Koléa ; «Wichah» de Mostaganem ; «Nassim es-sabah» de Cherchell et «Ahbabe Dahmane Ben Achour» de Blida, sans oublier «El Othmania» de Ténès, organisatrice de l’événement.

La soirée de clôture a connu une grande assistance des familles, la plupart appréciant ce genre de musique classique ; certains spectateurs ont répété à l’unisson les chansons proposées par «Nsayem el Ounes» de Constantine, la troupe «Cheikh Mohammed Bouali» de Tlemcen et «El Othmania» de Ténès qui s’est distinguée par une prestation fortement applaudie par l’assistance.

«Nous avons passé des soirées magnifiques avec des troupes chevronnées représentatives des grandes écoles de musique andalouse comme «Bachtarzia» de Koléa  «Ahbabe Dahmane Ben Achour» de Blida sans oublier les écoles de Tlemcen et Constantine ; cela nous a permis de passer d’agréables moments en famille. Nous espérons que ce patrimoine sera bien préservé», nous a déclaré un habitant de Ténès venu assister à la journée de clôture avec sa famille.

«Pour nous, s’est une découverte. C’est agréable d’écouter ce genre de musique… C’est riche en verbe et en mélodie, la prochaine fois, je ne manquerai pas ce genre de spectacle», nous dit une dame parmi un groupe de femmes qui sont venues assister à cette soirée artistique.

Les organisateurs ont tenu à honorer les présidents des troupes musicales ainsi que la famille du défunt artiste Maamar Kahlouche. Cette dernière a tenu à remercier cheikh Allal Hamdid pour sa reconnaissance au défunt qui a consacré l’essentiel de sa vie à la promotion de la musique andalouse et son enseignement aux jeunes Ténésiens. «C’est un geste magnifique que celui d’honorer feu mon père, ça nous fait chaud au cœur, je remercie tous ceux et celles qui se sont mobilisés pour réussir cet événement», a tenu à déclara son fils Abderrahmane Kahlouche.

Pour cheikh Allal Hamdid, président de l’association «El Othmania» et maitre incontestée de la musique Andalous à Ténès, «ces journées ont été un grand succès grâce à la participation des troupes de musique andalouse venues des grandes écoles et  au nombreux public qui a assisté aux spectacles pendant les trois jours d’activité du festival… Nous remercions tous ceux qui ont contribué au succès de cette activité à commencer par la direction de Culture de la wilaya de Chlef, la commune de Ténès ainsi que tous nos partenaires des différents associations locales».

Côté découverte, les journées de musique andalouse de Ténès nous ont permis de découvrir un jeune talent sociétaire de la troupe «Nsayem el Ounes» de Constantine. C’est un chanteur de «malouf» et percussionniste âgé à peine de 11 ans. Il s’agit du jeune Abderrahmane Zerata. Tout un chacun pense qu’il a tout l’avenir devant lui. Et pour cause, son passage a été très applaudi par le public et nombreux sont les participants qui ont tenu à prendre avec lui des photos et des selfies.

Abdelkrim El Houari

 


Ils ont dit :

«Cela fait quelques mois que nous nous sommes rencontrés à Constantine au festival de Maloufe ou j’ai reçu l’invitation de nos amis d’el Othmania et nous ne regrettons pas d’avoir participer à ses journée d’Andalous qui nous on permis de découvrir un grand public connaisseurs de musique Andalous et Hawzi…..nous espérons que El Othmania va nous honorais elle aussi de répondre à notre invitation de se produire à Telemcen nous voulons partager nos expériences  dans le domaine surtout dans le volet de formations…nous souhaitons tous les succès à nos confrère de Ténès ».

 

«Notre participation aux journées d’Andalous de Ténès est un acte de solidarité avec nos confrère pour préserver notre patrimoine menacer par les différents genre musicaux qui n’ont aucune identité…et j’étais très surpris par la qualité du public que je le trouve très connaisseur s’approuve qu’un travail de fond se fait à Ténès à travers «El Othmania» et Awtar Ténès sans oublier «El Tareb el Assil» de la ville de Chlef… Ça me rassure pour l’avenir de la musique Andalous, et par la même occasion je doit remercier les organisateurs pour leurs accueil et leurs hospitalité espérant qu’il auront tous les soutien à l’avenir».

 

«Le constat qu’on peut faire après trois jours d’activité, c’est que les journées étaient un grand succès par la présence de six troupes et associations hors wilaya issues des grandes écoles de musique andalouse de Tlemcen, Mostaganem et Constantine sans oublier les troupes de Blida et Koléa… Le public lui aussi nous démontre qu’il est connaisseur et grand admirateur de la musique andalouse ; ça nous fait chaud au cœur et cela nous encourage de travailler malgré les contraintes que nous rencontrons comme le manque des moyens et de siège pour répéter… Les travaux de restauration de notre local nous ont obligés à quitter les lieux ; j’espère que les autorités locales nous tendront la main pour nous permettre de poursuivre nos activités ; nous avons une école de jeunes qui doivent répéter et travailler pendant les vacances pour être prêts à participer aux prochaines festivités qui auront lieu notamment à Mostaganem et Blida. En attendant, je remercie tous ceux et celles qui ont contribué au succès de ces journées  à commencer par la direction de Culture de la wilaya de Chlef et tous les gens de Ténès qui n’ont pas hésité à nous assister. Merci à tous».

 

«Je suis très heureux d’être bien accueilli et applaudi par le public Ténésien… j’ai eu le même accueil lorsque j’ai été honoré à Alger, au festival de Sanaa, où j’ai été sélectionné comme la meilleure voix prometteuse… Tout cela, je le dois à ma mère qui est membre de l’association «Nassim el Ounes» de Constantine ; c’est elle qui m’a fait apprendre tous les récital de «hawzi» et qui m’a fait aimer la musique andalouse… Merci à tous et à la prochaine rencontre inchallah».

 

 

Propos recueillis par Abdelkrim El Houari.