Avant, j’avais toujours cru que la main-d’œuvre ordinaire était une catégorie socio-professionnelle. Mais, depuis l’apparition du phénomène Ould Abbas, je me dois de refaire mes classes pour réajuster mes connaissances et mettre en adéquation le b.a.-ba de l’analyse du travail avec les prérequis de l’exercice politique. En fait, Ould Abbas nous apprend à notre cœur défendant qu’il existe aussi de la main ordinaire dans les partis politiques et notamment au FLN. Sauf qu’il a omis d’en donner une appellation qui sied au contexte, c’est à dire qu’il existe également des manœuvres politiques, autrement dit  ceux qui n’ont pas obtenu sa bénédiction. Tout comme il existe des cadres politiques en l’occurrence, ses élus. Il nous apprend également qu’il ne suffit pas de rejoindre le FLN, d’avoir  une carte de militant et de cumuler une ancienneté en y exerçant la politique, que l’on devient un militant convaincu ! Selon le phénomène Ould Abbas, c’est dans le cœur qu’on est militant du FLN ! Finalement, on apprend des choses avec le Monsieur ! Il a seulement et encore une fois oublié de nous dire qu’il détient la science infuse et qu’il lui arrive par extraordinaire de se prendre pour le Pr Occultis en plus du père noël version printemps ! Ah, j’ai oublié de dire que notre père noël couplé de Pr Occultis nous apprend enfin que la contestation à juste titre et en interne c’est de la subversion. Tiens, tiens, tiens, cette fois c’est carrément la terminologie de la science politique qu’il y a lieu de revoir ! Mais sait-il au moins que le champ de la science politique englobe également l’étude des phénomènes politiques ? Alors commençons d’abord par en faire de lui un objet d’étude, étant lui-même un phénomène politique en plus de repousser à chacune de ses sorties médiatiques les limites du ridicule !

A.Z.