La campagne électorale pour les législatives de 2017 a été un ratage. Du moins à Chlef où la majorité des citoyens de la wilaya n’a pas fait montre d’un quelconque intérêt pour cet événement politique. C’est tout juste si la question des législatives est évoquée du bout des lèvres dans les discussions ordinaires.

 

Les partis politiques et les indépendants engagés dans la course à la députation ont failli sur bien des aspects. En particulier, ils n’ont pu convaincre les citoyens quant à la nécessité de voter. Bien au contraire, les manquements et les dépassements constatés tout au long de la campagne ont provoqué exactement l’effet inverse si l’on considère les nombreuses remontrances des gens à l’égard des comportements souvent irresponsables des candidats et candidates. La vox populi parle déjà de la probable disqualification d’une candidate qui aurait triché sur son niveau d’instruction en se faisant passer pour une licenciée alors qu’elle n’a même pas fait le lycée. Idem pour d’autres têtes de liste dont le bas niveau intellectuel inquiète à bien des égards les citoyens ; ces derniers estimant, à juste titre d’ailleurs, qu’à quelques exceptions près, les 13 futurs députés de la wilaya ne sauront ni défendre les intérêts de cette dernière ni être en mesure de saisir les subtilités des textes de loi qu’ils auront à voter. Quant à les proposer, c’est une autre histoire. Et pour se disculper, les candidats ayant des chances d’être élus prétextent sinon de la nécessité pour leur parti d’obtenir la majorité à l’Assemblée nationale, du moins de disposer de suffisamment de députés pour former un groupe parlementaire afin de proposer des textes de lois. Une dérobade commode pour nombre de prétendants qui invoquent aussi la «petitesse» de leur parti ou les entraves supposées que dresserait l’Administration en leur travers au profit, bien entendu, des grosses cylindrées représentées par le duo FLN-RND.

À bien des égards et pour rester objectifs, il n’a pas été remarqué de parti-pris par cette administration qui s’est mobilisée depuis des mois pour la réussite du scrutin, au plan de l’organisation notamment. Et si, de ci et de là fusent quelques accusations sans fondements, faisant accroire l’implication de fonctionnaires dans la campagne et forcément le scrutin pour faire pencher la balance au profit d’une formation ou d’une autre, force est de constater que les choses se passent dans une limpidité presque totale.

Contrairement aux dires irresponsables de quelques candidats en mal de popularité, la préoccupation essentielle des autorités à tous les niveaux est de sensibiliser le citoyen à assumer l’acte électoral, peu importe son choix. À ce sujet, rappelons les multiples appels du wali de Chlef, des chefs de daïra et des élus des APC en direction des citoyens, leur demandant de se rendre en masse aux bureaux de vote afin de désigner en toute liberté et responsabilité leurs futurs représentants à l’APN.

Appels qui sont torpillés par les agissements plus que délictuels de quelques formations politiques (heureusement qu’elles ne le sont pas toutes) qui n’ont pas respecté le «cahier des charges» imposé par l’instance de surveillance des élections en couvrant pratiquement tous les lieux de leurs affiches électorales. Ou en dépensant des sommes colossales pour faire étalage de leur puissance de frappe, à travers ces centaines de prétendus sympathisants transportés, nourris et payés pour assister aux meetings et autres rencontres de proximité.

Cela est particulièrement vrai pour un parti politique national dont on voit les affiches non seulement couvrir les panneaux autorisés mais également les plaques de signalisation, les murs des villes et de villages, les rambardes de pont, les parapets de protection sur l’autoroute, les stations-service, les poteaux électriques… et même les poubelles de l’entreprise Tetach.

Mais toit se jouera ce jeudi 4 mai, le vote citoyen déterminera la vraie force politique de chaque parti et la popularité de chaque candidat engagé dans la course à la députation.

Les résultats nous réserveront certainement quelques surprises qui ne seront du goût des prétentieux.

A.L.