Dangers d’Internet sur les enfants : Les parents d’abord, l’école ensuite

0
192

L’annonce de la mise en place d’un groupe de travail au ministère de la Santé et de la Population chargé d’étudier la problématique des dangers liés à l’exposition non contrôlée des enfants répond à un besoin pressant : tenter autant que faire se peut de soustraire les enfants à des formes d’addiction plus ou moins sévères provoquées par les jeux et autres activités ludiques sur Internet.

C’est la raison pour laquelle le groupe en question comprend, outre des experts en santé mentale notamment des pédopsychiatres, des psychologues cliniciens et des responsables de la santé scolaire. Mais à eux seuls, ces spécialistes ne sauront imposer des solutions durables à un phénomène qui n’est pas propre à l’Algérie mais qui touche pratiquement l’ensemble de la planète. Il faut obligatoirement impliquer les parents d’élèves dans la lutte contre les différentes formes d’addiction générées par une utilisation incontrôlée de l’Internet. Il est vrai que les fournisseurs d’accès et les systèmes d’exploitation des ordinateurs proposent un contrôle parental sur l’activité de leurs enfants sur le Net, mais pour ce faire, il faudrait que les parents soient eux-mêmes des initiés à l’informatique. Ce qui n’est pas le cas de la majorité d’entre eux qui ne connaissent absolument rien à l’outil informatique.

Et quand bien même auraient-ils la présence d’esprit de «couper le jus» à l’ordinateur familial, il reste aussi à contrôler les Smartphones, ces téléphones capables de rivaliser de nos jours avec les ordinateurs les plus puissants. Avec cette particularité de se passer de l’ADSL familial  en se branchant directement sur la 3G et la 4G.

Quels parents sont en mesure aujourd’hui d’interdire à leurs enfants de posséder et d’utiliser les téléphones intelligents ? L’effet de mode et le mimétisme l’emportent souvent sur les autres considérations sociales. Un constat que tout un chacun peut observer de visu dans notre société.

Il y a tout de même une consolation : le groupe de travail mis en place par le ministère de la Santé sera élargi aux différentes associations nationales des parents d’élèves. A ces dernières donc de prouver leur utilité «pédagogique», au même titre que les responsables de l’Education qui doivent, non pas stocker le matériel informatique dans des caves insalubres mais aussi et surtout encourager les enfants à mieux maitriser les logiciels de programmation basiques, de dessin, de retouches d’image, de conception musicale et de création artistique. L’informatique ne signifie pas seulement se connecter sur Facebook ou un site similaire.

L. C.